Maison FARILU

Une boulangerie artisanale vraiment pas comme les autres

Les participants

Présentation

Par ordre alphabétique :

Flora, François-Xavier, Ikram, Lisa, Marine, Max, Michaël, Naomi, Pascaline, Sami, Samuel, Xavier

Venez voir sur place qui nous sommes, ce que nous faisons et qui nous accompagne

Leur statut légal imposé par la COCOF : volontaire

Les participants bénéficient d’allocations de remplacement et pour certains, d’allocations d’insertion puisqu’ils n’ont pas les capacités pour rejoindre le circuit normal du travail ni celui du travail adapté.  La législation ne leur permet pas d’avoir un salaire.  Quand ils entrent dans la maison, ils signent une convention de participation et non un contrat de travail.

L’éthique de l’association la fait adhérer à la loi du 3 juillet 2005 relative aux droits des personnes volontaires et à la déclaration des droits de la personne handicapée promulguée en 2006 par l’Organisation Internationale des Nations Unies, notamment l’Art. 16 garantissant le droit de ne pas être soumise à l’exploitation, à la violence, à la maltraitance.

L’association a donc la volonté clairement affichée de ne jamais mettre les participants en situation «d’exploitation»  ou «d’abus de main d’oeuvre».

Leur statut au sein de la maison : compagnon

Le « compagnonnage français » a été inscrit au patrimoine culturel-immatériel de l’humanité en 2010 sous le titre : « compagnonnage, réseau de transmission des savoirs et des identités par un métier ».

Un comité intergouvernemental de l’UNESCO à Nairobi y a vu « un moyen unique de transmettre des savoirs et savoir-faire ».

Au plan général et humain, selon les définitions, le terme évoque un compagnonnage de vie, un groupement de personnes dont les buts sont : entraide, protection, éducation, transmission de connaissances entre tous ses membres.

Ce sont les fondements de la maison Farilu

Depuis l’époque des grands chantiers du Moyen Age, lors de l’édification des grandes cathédrales du XIIème siècle, la vocation séculaire de tout mouvement compagnonnique est

  • d’accueillir
  • de transmettre
  • de former

C’est bien ce qui est fait dans la maison dans un esprit d’excellence

Pour y entrer, pas besoin de test, d’examen mais la volonté de vouloir se former et d’adhérer à des valeurs essentielles : respect, perfectionnement, passion, participation.

La vision de tout mouvement compagnonnique est de permettre à chacun de s’accomplir dans et par son métier dans un esprit de partage et d’ouverture.

Ses fondements sont innovation, dépassement permanent de soi, respect de l’autre.

Il respecte des règles fondamentales : le partage, la rencontre, la transmission.

Il cultive des valeurs éthiques : le travail bien fait, la richesse de l’expérience pratique, la générosité, la solidarité, le développement d’une attitude d’ouverture sur le monde, l’excellence des savoir-faire.

Nous sommes totalement convaincues que le compagnonnage vit profondément au sein de Farilu, qu’il donne identité, force de vie et âme à toute personne qui est active.

Etre compagnon n’est pas un titre ni un diplôme mais un état tant professionnel que philosophique. Au sens large, selon les définitions, un compagnon est une personne qui est présente aux côtés d’une autre tout au long d’un parcours. Au pluriel, il désigne généralement les membres d’une communauté d’intérêts de qualité de vie et non financiers.

Le compagnonnage représente pour nos participants

  • une expérience de la vie en communauté, amenant au développement de leur vie relationnelle et sociale
  • un développement, un épanouissement de leur personnalité
  • un développement de leurs compétences par des apprentissages